Ma démarche

Charly, artiste plasticienne d’origine tourangelle, propose des œuvres picturales sur toile ou sur métal, centrées sur l’expression de sa sensibilité et de ses émotions via un travail sur la matière.

Sur la toile, c’est par le traitement de la couleur que l’artiste s’exprime. Sorte de leitmotiv dans ses peintures, elle est travaillée patiemment en lavis ou disposée directement en aplats de pigments purs. Se révèlent de la toile, des espaces profonds travaillés en zones saturées, qui convoitent des espaces plus dilués où l’artiste applique des jeux de transparences. Une composition subtile où la matière picturale s’octroie une vraie présence et devient reine.

Avec ses travaux sur plaques de métal ou zinc, Charly aborde une démarche plus expérimentale. Face à ce support, elle explore une autre conception de la matière et défit de nouvelles contraintes.

Tout s’explique par la nature du matériau qui exige rigueur et minutie. Après l’oxydation du métal, la peinture est disposée par couches successives, en aplats pure ou en lavis, et s’alterne avec des strates de vernis qui fixent la matière. Appliqués avec une grande maitrise, d’une façon quasi frénétique, les lits de couleurs viennent composer des espaces d’évasion où le regard s’évanoui. Ce geste itératif de stratification est l’occasion pour l’artiste d’exprimer ses émotions, la conduisant dans un état proche de la médiation.

Pour autant, la main de l’artiste relève parfois le pinceau pour laisser place à des espaces picturaux dénudées où le support métallique reprend le rôle de la vedette. Le matériau est brut, se suffisant à lui-même. Ces zones abandonnées au dépouillement, participent à des effets spontanés et improbables dans l’œuvre. Sortes de brèches dans les compostions, elles opèrent comme une interpellation à la curiosité et à la liberté pour le spectateur attentionné.

Telle une alchimiste, Charly s’affranchit remarquablement de la complexité du support. La brutalité intrinsèque du métal est transcendée par la douceur de la matière picturale conjuguée au soin des finitions. Les surfaces vierges viennent côtoyer les surfaces colorées pour conférer à ses œuvres une sensation de chaleur et de sensualité. Dans un même temps, l’artiste entame une recherche picturale qui devient très plastique. Les jeux de volumes, de masses, d’ombres et de lumières se livrent à l’expérience du support. La plaque – de fer ou zinc – délivrée des barrières de la toile, s’octroie bien plus de présence physique pour tendre vers la tridimensionnalité de la sculpture.

Simultanément, les effets miroités de couleurs pures et les zones métalliques dénudées, produisent des espaces de contemplation et d’escapade pour le spectateur. Ainsi, qu’il s’agisse de ses toiles peintes ou des plaques métalliques, il y a toujours dans les œuvres de Charly, un monde sensible où chacun peut laisser place à son imaginaire pour y voyager ou s’y refugier.

Morgane BARAT (2014)