Pauline Mouré

L’artiste CHARLY met son âme à nue et nous livre la vision de ses paysages intérieurs. À l’heure où l’horizon se brouille, la peintre capte l’atmosphère de cet instant, sans cesse renouvelé, où ciel et terre se rencontrent, se mélangent, où les formes s’effacent pour laisser place à la couleur. Utilisant la technique du lavis, elle joue sur les transparences ; les couleurs se fondent, se troublent. La réalité de son monde laisse place aux impressions, entre douceur et nostalgie, lourdeur et inquiétude. On sent la brume monter de la terre, l’ondée alourdir le ciel encore rougeoyant. L’air se met à vibrer et monte alors du tréfonds de notre mémoire ces quelques vers de Victor Hugo :

« Le jour s’enfuit des cieux ; sous leur transparent voile
De moments en moments se hasarde une étoile ;
La nuit, pas à pas, monte au trône obscur des soirs ;
Un coin du ciel est brun, l’autre lutte avec l’ombre,
Et déjà, succédant au couchant rouge et sombre,
Le crépuscule gris meurt sur les coteaux noirs. »
(« Soleils couchants, II », Les feuilles d’Automne, 1828)

Pauline Mouré (Avril 2011)